Geodesis est fermée, la boutique reste ouverte mais les expéditions reprendront le 27 août.

Catégories du blog

12/06/2018 | Actualités Rss feed

BOUGIES PARFUMÉES : FAUT-IL PRIVILÉGIER LE NATUREL ?


Geodesis parfums d'ambiance, bougies parfumées, diffuseur de parfum,

Naturel, ça veut dire quoi ?

Selon le dictionnaire Larousse, est naturel « ce qui appartient à la nature, qui en est le fait ».

 

  • Concernant les parfums 

Cette définition trouve du sens concernant les parfums : certains proviennent de la nature (notamment des plantes) et en sont extraits par divers procédés. Ils représentent à peu près 10% des matières premières utilisées aujourd’hui. 

Les 90% restants sont obtenus à partir de molécules de synthèse, donc fabriqués.

Il existe deux catégories de matières synthétiques :

    • Le synthétique artificiel : ces molécules sont de pures créations et n’existent pas dans la nature.
    • Le synthétique identique au naturel : il s'agit de molécules qui existent dans la nature et que l'on reproduit à l'identique par synthèse chimique. La synthèse permet par exemple de disposer de molécules qu’il serait quasi-impossible d'extraire à partir de la nature car elles y existent en trop petites quantités.

Lesquels choisir ? Faut-il éliminer les parfums de synthèse au profit des parfums naturels ?

Ainsi que le soulignent très justement les rédacteurs du magazine Nez, revue spécialisée dans le parfum, les 26 allergènes recensés actuellement par la réglementation européenne sont principalement des molécules présentes dans des matières premières naturelles. On retrouve par exemple sur cette liste le limonène, un des composants principaux de l’huile essentielle de mandarine. En vertu de la réglementation CLP, ces allergènes doivent obligatoirement être listés sur les emballages des produits.

Par ailleurs, la revue cite les propos très pertinents de Marie Delhinger, chargée des affaires règlementaires dans le secteur cosmétique, (n°5, p 94)  : « L’avantage d’une molécule de synthèse c’est qu’il s’agit d’un composant dont on connait la conformation précise. On peut alors définir son potentiel de sensibilisation, tandis que pour un extrait naturel c’est beaucoup plus compliqué : il peut y avoir plus de 300 molécules dedans, dont certaines inconnues ».

Au regard de ces informations, il serait plus logique de favoriser les parfums de synthèse par rapport aux parfums naturels. Cependant, ni l’un ni l’autre ne doivent soulever trop d’inquiétudes à condition de bien choisir les produits.

Il nous semble surtout important de privilégier les marques ayant un vrai savoir-faire dans la fabrication de bougies parfumées et respectant leurs obligations légales notamment en matière d’étiquetage. Enfin, il est primordial de respecter les précautions d’emploi du produit acheté.

  

  • Concernant les cires utilisées dans les bougies parfumées

Il existe trois types de cires utilisées dans la fabrication des bougies parfumées : les cires minérales issues du pétrole, les cires végétales obtenues à partir de différentes plantes telles que soja, palme, colza ou noix de coco et la cire provenant des abeilles.

Selon la définition proposée par le Larousse, ces trois types de cires peuvent être qualifiés ou non de naturelles.

Si l’on part du principe qu’est naturel ce qui provient directement de la nature sans avoir été modifié, alors aucune de ces cires n’est naturelle. On peut hésiter concernant la cire d’abeille qui est probablement moins travaillée que les autres, cependant aucune bougie parfumée n’est composée à 100% de cire d’abeille et son utilisation reste plutôt rare.

De ce point de vue, les cires végétales ne sont donc pas plus naturelles que les cires minérales, les deux ayant bien entendu été largement retravaillées après extraction pour devenir des cires adaptées à la fabrication des bougies. L’emploi du terme « naturel » est donc abusif.

Du point de vue opposé, ces trois matières premières (végétale, minérale et animale) proviennent toutes à l’origine, de la nature. Il faut à ce titre rappeler que le pétrole est une huile minérale naturelle. Ce n’est pas la matière en elle-même mais sa surconsommation qui est critiquable. Pour autant, le pétrole sert aujourd'hui très largement à faire rouler les voitures et les camions, voler les avions, naviguer les bateaux… Il n’est évidemment pas extrait du sol à seule fin de fabriquer des bougies. La diabolisation des cires minérales est donc un pur argument marketing ne trouvant aucun fondement écologique.

Par ailleurs, le choix du végétal doit être raisonné. En effet, les cultures intensives de soja ou de palme sont extrêmement polluantes et entrainent dans de nombreux cas la déforestation de forêts primaires et d’écosystèmes irremplaçables. Lorsque l’on utilise ces matières premières, il est donc primordial de connaitre leur provenance et de favoriser la culture raisonnée ou en bio, afin d’éviter l’utilisation de pesticides dévastateurs pour la nature. Enfin, n'oublions pas que pour cultiver et récolter ces plantes, il faut des machines et donc... du pétrole ! 

.

En conclusion, le terme « naturel » est souvent employé pour donner l’illusion du « bon pour la santé ». Les produits naturels peuvent dans certains cas être meilleurs pour la santé, mais ce n’est pas le cas concernant les bougies parfumées. C’est la qualité des matières premières qui importe. Il est donc important d’avoir une lecture avertie de ce type de discours afin de distinguer le vrai du faux et de faire les bons choix en tant que consommateur responsable.

.

Pour en savoir plus sur les questions de santé concernant les différents types de cires, découvrez notre article Bougies parfumées : quelles cires privilégier ?

.